Charline François, LUNA

Pouvez-vous nous présenter en quelques lignes votre entreprise ?

LUNA, développe une solution de thérapie digitale de l’endométriose qui comprend :

  • un test d’aide au diagnostic de l’endométriose

  • une application mobile d’aide au diagnostic et d’accompagnement personnalisé de l’endométriose par l’Intelligence Artificielle (IA). Gratuite pour toutes les femmes elle propose un agenda menstruel, un suivi des traitements, des outils d'auto-évaluation, d'éducation thérapeutique, des conseils, des alertes personnalisées, du coaching...

  • Une plateforme numérique pour améliorer le quotidien des patientes et des professionnels de santé au bénéfice d’un suivi optimisé partagé, de l’efficience des stratégies thérapeutiques, de l’écoute et de l’accompagnement, et de la recherche, dans le respect de la doctrine européenne e-santé.

Ilaria Fazio, Co-fondatrice de Ma Joie
Charline François, Directrice marketing LUNA

En quoi votre service est-il innovant ?

Co-fondée par des médecins spécialistes de l'endométriose convaincus de la nécessité d'une prise en charge pluridisciplinaire et holistique, LUNA souhaite aider les femmes au quotidien, afin d'améliorer leur qualité de vie, et limiter l'impact de la maladie sur la sexualité, et indirectement sur la vie de couple, l'intimité, la vie personnelle.


Il paraissait donc indispensable d'intégrer la sexualité dans notre solution digitale pour les femmes atteintes d'endométriose, d'apporter des réponses, des conseils à chacune selon ses symptômes car chaque femme est différente et mérite d'être écoutée, et de travailler avec des sexologues et thérapeutes afin de proposer des solutions thérapeutiques complémentaires.


Pourquoi avez- vous choisi d’entreprendre dans le domaine de la SexTech ?

Longtemps on a limité la sexualité aux rapports sexuels, à la conception d'un enfant, à un acte entre deux personnes, et privilégié l'homme à la femme. Ces années de retard sur un sujet encore jugé tabou par une part de la population et algorithmes binaires (on ne peut pas montrer un vagin sur Instagram, alors que des photos de femmes nues envahissent des campagnes de publicité et des passions mercantiles depuis plus de 50 ans), et pourtant fondamental dans le développement de chaque être humain, source d'épanouissement, de plaisir, et de connaissance de soi.


Il est indispensable de l'expliquer, sous toutes ses formes, dès le plus jeune âge, à toutes et tous, avec les bons mots, et d'aider chacune et chacun à comprendre sa sexualité, à tout âge, et par tous les moyens : produits et services d'éducations, solutions bien-être, programmes d'épanouissements, méthodes, pratiques et accessoires pour une pratique décomplexée, seul(e)s ou accompagné(e), et une découverte de soi indispensable.


Pourquoi selon vous est-ce important que ce secteur se développe en France ?

La sexualité ça devrait être « peace », « cool », « fun », pas inquiétante, subie, violente ou excluante. 86% des femmes sont victimes au court de leur vie d’une agression sexuelle ou d’un viol, 10% des enfants sont victimes d'incestes.

S’il fallait un argument économique : la fondations des femmes a commandé une étude qui estime que 118 Milliards d'€ sont perdus chaque année de fait de ces inégalités et violences hommes-femmes.

Je suis convaincue que l’éducation à la sexualité est la seule chose qui peut considérablement changer nos rapports, nos vies en profondeur : avec notre corps, avec les autres, en étant moins jugeant et plus respectueux. La SexTech va permettre de faire émerger des solutions.


3 mots pour définir la SexTech ?

#sante #plaisir #feminité